LE CID - PORTAIL DOCUMENTAIRE

Document : Ouvrage
Titre ISADORA DUNCAN
Auteurs MOUGENOT JOSEPHA;STROMBONI JULES
Date de parution 2013
Cote OUVDAN MOU
Commentaire tous, découlent d'une vision de la danse qu'elle semble porter depuis l'enfance et mûrir tout au long de sa vie. Célébrant le beau à la manière des antiques Grecs, Isadora Duncan dansait pieds nus et vêtue seulement d'une toge. Cela se passait à l'époque du corset en Europe et du puritanisme protestant en Amérique. Pourtant, Isadora Duncan ne le vivait pas comme une provocation, qu'elle semble ignorer, mais comme un acte naturel, celui de la « nudité en soi » de l'époque hellène. Avant même le droit de vote des femmes, celle-ci s'émancipe et de l'Église et de l'État, en assumant ses maternités hors mariage. Dansant sur les cendres du dix-neuvième siècle, comme Nietzsche et Wagner, elle appuie son propos et son rêve d'un art nouveau sur la redécouverte des figures mythologiques. Ils ont en commun, à l'aube de la révolution industrielle, de croire en l'avènement d'un monde nouveau. Au même moment s'éveillent la psychanalyse de Freud et les théories de Marx. Debussy, puis Stravinsky, avec leurs accords dissonants, opèrent à la genèse de la modernité du vingtième siècle en se coupant d'avec la symétrie classique. Isadora Duncan, elle, dans l'acte à la fois esthétique et politique de refuser la discipline classique, devient une hérétique pour le ballet classique et ouvre la voie à la future danse contemporaine.
Descripteurs Danse danse libre Bande dessinée
Référence NAIVE
Sélection dans valise Danse libre
Collection Grands destins de femmes